8   +   4   =  

Nous l’attendions sur la tenue des festivals cet été. La ministre de la Culture a fait ses annonces hier soir sur LCI. Alors, on en est où ?

Optimisme pour les festivals assis, et ceux debout ?


La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot était invitée ce soir sur LCI. Nous l’attendions sur les festivals, puisqu’elle a promis de donner des réponses le 15 février.

La ministre fait face à la colère des artistes. Ce à quoi elle répond “Il faut que je sois solide, car notre pays traverse une tragédie et le monde de la culture le vit difficilement”. Elle affirme que le dialogue n’est pas rompu, alors, qu’a-t-elle à nous annoncer ce soir ?

Sur les festivals assis, la ministre reste très positive “Je suis très optimiste pour les festivals assis”. Elle insiste sur le “très”. Elle continue “La vaccination prend de l’ampleur, les conditions climatiques sont plus favorables à l’extinction du virus. Je suis très très optimiste pour les festivals assis”.

Et les festivals “debout” alors ? Elle dit au micro de LCI :

“Pour les festivals debout c’est plus compliqué : je mène des expérimentations qui sont destinées à tester ce qui se passe. On est en train de monter deux concerts à Marseille”.

Nous vous en parlions d’ailleurs ici, de ces concerts-test. La ministre de la Culture continue sa déclaration :

“Nous organisons également, à l’AccorHotels Arena, un concert en jauge debout justement, le type de concerts les plus problématiques. Là j’ai deux équipes, l’AP-HP et l’Inserm pour échanger les expérimentations et il y aura un grand colloque scientifique européen prévu à Marseille le 8 avril où les expérimentations seront confrontées pour bâtir un modèle. Sous réserve encore de ne pas être dans une situation sanitaire catastrophique”.

Comment envisager ces expérimentations ?


Elle en dit plus , sur les expérimentations à Marseille et à Paris.

“Le but de l’expérience au Dôme de Marseille : les personnes seraient testées mais les cas positifs ne seraient pas filtrés car il faut se mettre dans la situation où il y a un brassage. Avec masques bien sûr et gel hydroalcoolique. On fera des tests avant, et après, et on voit comment cela se produit. A paris, ce sera une jauge debout de 5 000 personnes, et il y aura un groupe test qui sera à côté du groupe de 5 000 personnes. A partir de ces résultats : on bâti des modèles résilients”.

La ministre tient à souligner qu’il va falloir trouver ces modèles, car “il va falloir apprendre à vivre avec le virus”. Comprenez : il va falloir trouver des solutions sans penser à une disparition totale de ce virus.

Nous suivons de très près l’actualité, on se retrouve mercredi ou jeudi pour de nouvelles actualités à propos de ces festivals !

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer