On revient sur les terres de Lollapalooza pour cette seconde et dernière journée !

Si vous êtes passé à côté du récapitulatif de la première journée ça se passe ici.

Première petite amélioration ce deuxième jour avec la mise en place de différents points d’eau potable au sein du festival, manquant le premier jour. L’organisation est toujours impeccable.

On peut maintenant passer aux artistes !

 SLANDER

Photo : Gaspard Wenner

Déjà beaucoup de monde présent cette après-midi pour le duo américain venu enflammer la Perry’s Stage à coup de dubstep et de trap. Basstrick, présent la veille et seul français présent sur la Perry’s Stage durant le week-end, rejoint le duo pour jouer leur dernière collaboration “DROP IT“. Un set qui a vu naitre de nombreux pogos au risque pour certaines personnes de se retrouver avec un nez en moins. Quelques jets de CO2 enflammaient déjà la scène contrairement à la veille où ils se sont montrés bien plus tardivement. Un set réussi avec un public plus que conquis.

RL GRIMES

Un line-up très américain avec cette fois-ci la venue de RL Grimes. Naviguant entre “Whistle” de 4B x Teez, que l’on retrouve assez souvent dans les différents sets du weekend, et autre excellentissime “Stay For It” produit par lui-même. Un set maitrisé de bout en bout et agrémenté de confettis sur la fin.

DILLON FRANCIS

De passage sur Paris au Yoyo Club en mars dernier, on a la chance de recroiser l’américain (encore un) au Lollapalooza. Dillon nous a joué quelques tracks de son futur album qui devrait sortir le 28 septembre prochain dont “Sexo” ou encore “Ven” mais également des classiques comme “Say Less“. On a aussi pu entendre son remix “I Like It” sorti le mois dernier.Le show est accompagné de visuels toujours aussi déjantés.  Une caméra positionnée derrière lui permettait d’apercevoir la foule sur l’écran led. Une très bonne ambiance durant le set de notre ami Dillon.

Photo : Gaspard Wenner

KREWELLA

C’est la première fois que nous voyons les Krewella en live, un concept assez particulier puisque les deux sœurs naviguent entre le dj booth et le devant de la scène pour venir chanter. Leur set, programmé curieusement en fin de journée, n’a su attiré foule. Cependant, on y découvre deux sœurs plus qu’énergiques. Switchant entre la hard et la psy-trance, elles ont su retourner la foule.

  EXCISION

Le dernier artiste présent sur la Perry’s Stage n’est autre qu’Excision, le roi de la Dubstep. Beaucoup de personne portaient des vêtements à l’effigie du canadien, les fans étaient venu en nombre. Les festivaliers étaient en trance pendant plus d’une heure, enchainant les handbang et autres pogos. Que dire des visuels d’Excision, son univers nous absorbe tellement qu’on en oublierait le personnage. Malheureusement ces derniers étaient un peu coupés sur les bords, mais cela suffisait pour être immergé. Une performance parfaite qui a clôturé comme il se doit cette seconde édition de Lollapalooza.

Photo : Gaspard Wenner

Une édition gérée à la perfection, l’ajout d’un revêtement au sol pour éviter de respirer la poussière sur la Perry’s Stage serait plus que parfait. Le format des sets s’avère intéressant pour les artistes à partir du milieu de tableau (1h15). La marque Lollapalooza permet de faire venir des artistes trop peu présent en France, profitons de cette chance !

On se donne rendez-vous l’année prochaine sans faute !