Demain soir au Batofar, lieu emblématique de Paris aura lieu un tout nouvel évènement. Le label parisien Clear Waters lance en effet son tout nouveau concept intitulé ClubSessions. Plutôt axé hip hop, ces derniers s’orientent donc quelque peu vers la scène électronique et pour s’entourer, ils ont choisi l’autre jeune label Emincé. Pour en savoir plus, nous avons interrogé Antonin Jambry, directeur artistique de la soirée.

Hands Up : Salut, peux-tu d’abord nous expliquer quelle est ta mission pour cette soirée ?

Antonin Jambry : Salut tout le monde ! Et bien en bref je gère la direction artistique de la soirée, je m’occupe de trouver et faire germer une identité visuelle et artistique à l’ensemble de l’évènement, autant pendant la com’ que pendant la soirée. Je pense les visuels, j’imagine la scénographie, j’essaye de diriger un peu les artistes, je conseille la gestion des lumières etc.

HU : Pourquoi votre label « Clear Waters » à la basé orienté Hip-hop lance « ClubSessions ». Il y a une audience électro à capter ?

AJ : Avec Emincé, on a pensé a ClubSessions comme une alternative aux soirées clubbing parisiennes classiques qu’on trouvait malheureusement trop codifiées et trop refermées musicalement parlant. On voulait créer une échappatoire aux soirées trap & bangers, techno & house etc. et leur dérivés. On essaye de créer une solution pour les gens qui écoutent de tout et qui aiment écouter plusieurs genres de musique, tout en restant sur un thème musical plutôt dansant.

HU : Clear Waters est un label parisien qui veut promouvoir une vision qualitative de la musique. Que cela signifie réellement ?

AJ : C’est un peu cliché de dire ça (haha) mais chez Clear Waters on va préférer la qualité à la quantité, de manière générale tout les projets musicaux qu’on pousse sont travaillés à fond, avec un perfectionnisme et une maitrise proche des pros, en tout cas on essaye ! Y’a des labels qui sortent des projets à la pelle et qui misent sur l’hyperactivité, nous on préfère travailler sur le temps pour peaufiner le son au maximum.

HU : A quelle profil de personnes destinez-vous ClubSessions ?

AJ : Il y a pas vraiment de visiteur type, tout le monde est le bienvenu et tout le monde peut y trouver son plaisir je pense, en tout cas j’espère ! Le pari est audacieux, mais on aborde la chose avec légèreté et naturel, on essaye de créer un concept ouvert a tout les amoureux de musique qui aiment danser et s’amuser sans prise de tête musicale outre mesure.

Les soirées by Clear Waters, une ambiance chaleureuse.

HU : Dans les différents visuels de la soirée, les couleurs sont assez sombres et le fond quelque peu mâchés. Quelle vision artistique as-tu voulu partager avec cette soirée ?

AJ : J’essaye de jouer sur le mystère et la surprise, toute cette affaire à l’air bien sombre comme ça, mais c’est pour surprendre agréablement les gens avec une soirée qui au final se montrera chaleureuse et bonne ambiance. C’est aussi un concentré d’identités visuelles qu’on aimait bien avec l’équipe.

HU : Qu’est-ce qui a été déterminant dans le choix de votre programmation ? Peux-tu nous en dire plus sur cette dernière ?

AJ : On voulait commencer ClubSessions avec un invité parisien, qui serait idéalement un acteur incontournable du paysage électro français : on a du coup pensé a Canblaster. Perso j’écoute ce mec depuis 2011 et je l’ai toujours trouvé fou, dans sa manière de travailler la musique, c’est un gros nerd qui insuffle sa culture digitale/rétrofuturistique sans ses sons.

Pour le reste, on a choisit BEL AIR SOUNDS, qui est un collectif qui a prouvé qu’ils savaient faire bouger les gens ; Kalvin, un vrai “disc-jockey” house & funk old school qui remue tout les clubs parisiens depuis plus de 3 ans (Concrete, Machine du Moulin Rouge et j’en passe). Hervé Pagez le capitaine de la team Émincé déjà adoubé par des très grands comme Laidback Luke. Et Ferina qui est un petit personnage mystérieux.

En bref on voulait des gens d’horizons variés avec des influences toutes diverses. On voulait créer un contraste avec ces soirées ou tout les artistes passent la même musique et viennent des mêmes milieux.

HU : Vous avez aussi lancé un autre concept intitulé « Le Grand Bleu ». D’où vous viennent toutes ces idées et cette productivité ?

AJ : Et bien puisqu’au niveau des sorties musicales on prends notre temps, on reste très actif au niveau évènementiel dans le but de devenir petit a petit des acteurs visibles de la vie festive à Paris. La musique se découvre et s’écoute aussi en club/bar du coup on essaye de laisser notre emprunte un peu partout.

 “On aimerait devenir petit a petit des acteurs visibles de la vie festive à Paris”

HU : Tu bosses avec beaucoup de jeune collectifs / webzines / labels ? As-tu des noms de jeunes artistes que tu aimerais faire venir prochainement ?

AJ :  Sinjin hawke & zora jones, absolument… ces gars sont une source infinie d’inspiration pour moi à plusieurs niveaux, ça serait un honneur de les avoir parmi nous. Ensuite, dans un autre délire il y a Le Poly, ce sont des gens qui font bouger les choses sur Paris et qui méritent d’être sur le devant de la scène.

HU : As-tu des projets, des nouvelles personnes pour lesquelles tu aimerais travailler ? Peux-t-on s’attendre a encore plus de nouveautés de votre part ?

AJ : Personnellement je bosse en vidéo et en photo pour des trucs variés. En ce qui concerne Clear Waters, on se focalise sur la sortie de 2 projets qui arrivent bientôt, et des visuels très travaillés. On sait pas encore bien avec qui on aimerait travailler de manière rationnelle, on a des rêves un peu fous mais sinon on est concentrés sur nos artistes pour l’instant je pense.

Merci à Antonin pour ses réponses.


PAGE FACEBOOK DE CLEAR WATERS

EVENEMENT CLUBSESSIONS