Samedi, Henri PFR était à Paris pour sa toute première date en solo. Pour l’occasion, il avait choisi la salle des Etoiles où s’était également produit Don Diablo il y a quelques mois. Avant un été qui s’annonce mouvementé pour lui avec de nombreux festivals, le jeune belge s’est donc arrêté dans la capitale le temps d’une soirée. L’occasion pour nous de le découvrir. Retour sur cette performance.

Crédit : Rémy Kobeissi

LA SALLE

Après avoir réalisé les premières parties des The Chainsmokers à Paris et Lyon, Henri PFR était donc de retour en France pour son propre show. Une réussite pour ce jeune artiste qui aura rempli à guichets fermés la salle des Etoiles. Située près du métro Château d’Eau dans un quartier vivant et multi-culturel, c’était la deuxième fois que nous nous rendions dans cette jeune salle parisienne.

Une salle qu’on avait en effet découverte en mars dernier avec la venue du néerlandais Don Diablo. Un mois et demi plus tard, la configuration n’a pas changé. Les Etoiles est une salle sympathique, une sorte de version miniature de l’Olympia puisqu’on y retrouve également un balcon. Même si le show était sold-out, on ne ressentait pas le monde et les gens avaient en général de la place pour danser et bouger, ce qui est fort appréciable.

Au niveau de la scène, on retrouvait les platines accompagnées en hauteur de nombreux projecteurs et autres faisceaux de lumière. Malgré sa petite taille, cette dernière faisait amplement l’affaire et permettait non sans quelques difficultés à l’artiste de monter sur la table de mixage. Lors des drops, il n’y eut aucun jet de fumée mais cela n’était clairement pas dérangeant. Une salle harmonieuse, assez vaste malgré sa petite taille qui convenait parfaitement à l’évènement.

Crédit : Rémy Kobeissi

L’AMBIANCE

Après notre arrivée sur les coups de 20h40, on entra enfin dans l’enceinte, une salle qui était déjà bien remplie sur les deux niveaux. A noter la rapidité du personnel à l’accueil et au vestiaire, ce qui nous a permis d’entrer en deux minutes chrono dans la salle. Cette dernière était donc bien remplie et l’ouverture du balcon (contrairement au show de Don Diablo) permis de désengorger quelque peu le rez-de-chaussée, un bon point.

Crédit : Rémy Kobeissi

Pour cet évènement, on était donc confondu dans une foule très variée. Il y avait de tout, que cela soit des jeunes fans vêtus de t-shirts à l’effigie de l’artiste et arborant fièrement le drapeau belge ou même des parents accompagnant leurs enfants. Les âges étaient confondues et l’ambiance bon enfant. En effet, à chaque drop, les gens sautaient, criaient tout en prenant comme souvent des photos et vidéos. A plusieurs reprises, Henri PFR rythma le son de la foule avec des “Hee ! Hoo !” (parfois un peu trop) ou en leur demandant de lever les bras en l’air. Tout au long de la soirée, on a senti que le belge prenait du plaisir, perdant même le timbre de sa voix sur la fin de son set.

Le public était en harmonie avec lui et connaissait bien ses nombreux singles, ce qui faisait plaisir à voir. Henri PFR leur rendit l’appareil en se donnant à 100% dans une atmosphère très chaleureuse. Une atmosphère qui ne fut pas étouffante pour le public avec les systèmes de climatisation de la salle, c’était également appréciable pour la tenue de cette soirée.

LE SHOW

C’était donc une première pour nous ! Même si l’avions vu en coupe-vent au Lollapalooza Paris l’été dernier, nous étions curieux de le revoir. Autant dire que nous n’avons pas été déçu, le belge a en effet réalisé un set maitrisé d’1h30 dans lequel on a pu retrouver des tracks variés. Que cela soit celles de Don Diablo en intro du set notamment ou celle de Galantis par moment, ce dernier a su faire bouger la foule. Un set dont le rythme n’était pas décousu, les drops s’enchainaient bien, les quelques mashups fonctionnaient mais surtout un set dans lequel Henri PFR aura à de nombreuses reprises calmé le rythme en y introduisant ses singles mais également quelques silences brefs.

Crédit : Rémy Kobeissi

Si l’on aurait pu penser que cela allait à terme refroidir la foule, on peut dire que l’on s’est bien trompé. Pendant une heure trente, les gens sautaient et cela vient également du fait que le belge a su dynamiser sa performance avec certains tracks bass house qui font toujours leur effet comme “Hot Drum” de Joyryde ou “Rock The Party” de Jauz et Ephwurd. On fut étonné mais heureux d’entendre résonner ces bangers, cela montre l’éventail d’influences du belge qui aura donc livré une performance à la hauteur des attentes de ses nombreux fans présents pour l’occasion. Ce dernier joua même en toute fin de set son prochain tube, un titre chill qui aura reçu les louanges du public.

Révélé au grand public ces deux dernières années, le jeune belge Henri PFR connait depuis quelques temps une ascension époustouflante. A travers ses nombreux singles, ce dernier a réussi à créer une véritable communauté qui a fait donc le déplacement pour sa toute première date solo à Paris. Sa joie de vivre et son enthousiasme ont fait plaisir à voir. Une ville que Henri PFR aime et qui semble lui rendre l’appareil. La France aura encore l’opportunité de voir le belge se produire cet été, que cela soit encore à Paris pour l’Electroland ou à Lille pour le North Summer Festival. On lui souhaite donc bonne route pour un été qui s’annonce rythmé.