Cette année l’Elektric Park fêtait ses 10 ans. Nous nous sommes rendu sur place et voici notre récap de l’évènement !

What So Not sur la Mainstage

Qu’est-ce que Joachim Garraud était fier de fêter les 10 ans de son festival, pour fêter cela, toutes les heures, un magnifique lancé de couleur avait lieu. Rien que ces petites coupures définissent parfaitement cette superbe journée à l’Elektric Park. En effet, le festival a encore une fois réussi à tenir sa promesse et nous allons vous l’expliquer ici.

Damien N-Drix sur la Yellaw Stage

Organisation

Au niveau de l’organisation l’Elektric Park n’a rien à se reprocher. L’île permet d’éviter pas mal de bouchons grâce aux nombreux chemins et passages qui permettent de bien répartir les festivaliers. Un petit bémol sur les toilettes (surtout celle de la red stage) qui, à certains horaires étaient complètement bouchées à cause de leurs dispositions et de leurs nombres pas assez important.

Les scènes du festival étaient très bien disposées et assez intéressantes. Pas mal de changement au niveau de scènes : la black qui a changé d’emplacement et qui ressemble de plus en plus à une vraie scène de festival, la Red qui nous à offert un beau décore en toile pendant la journée et des beaux jeux de lasers la nuit etc…

Un autre petit bémol qui n’en est pas vraiment un est le line up en fin de journée qui nous empêche de pouvoir voire tous les artistes que nous voulions voir (Angerfist, Dima/Vitalic et Dirtyphonics en même temps ou encore Noisia, Damien RK et Boris Brejcha sur les mêmes horaires) mais, cela montre à quel point le line up était intéressant.

Damien RK sur la Red Stage

Ambiance

L’Elektric Park n’attire pas un public dit “classique” de festival. La grande majorité des personnes présentes s’y connaissent et sont ouverts à tous les styles présents. Surtout qu’à part quelques noms que le grand public connai à savoir Henri PFR et Sam Feld le reste du line up était plus précis et assez spécifique.

Ainsi l’ambiance était vraiment bonne, il y avait du monde sur toutes les scènes et à toutes les heures (sauf la mainstage qui a eu du mal à démarrer quand les autres scènes proposaient de la DnB, de la Dubstep et des live Tribe). En tout cas de bonnes réaction du publique sur un line up très intéressant.

 

La Petite Fumée sur la Green Stage

Les Sets

Comme nous l’avons dit précédemment tous les styles étaient présents pendant ce festival : de la house à la hardcore en passant par la dubstep, la trap et la tribe nous avons vraiment pu diversifier notre journée et écouter de tout.

Ainsi voila les récaps de quelques sets qui nous ont marqué :

Arno Cost & Norman Doray :

Un set disco house très groovy avec la bonne pâte french touch des producteurs, ils ont su rythmer la mainstage et attirer le public qu’il manquait pour lancer l’après midi sur la mainstage !

Airmow :

Sur la black stage réservée aux nouveaux talents, le français avait un set très court de 30mn mais il a réussi, en proposant un set dubstep très propre et bien agressif, à attirer le publique très tôt dans la journée ce qui a donné le ton de la Black stage jusqu’à sa fermeture.

Airmow sur la Black Stage

Henri PFR :

Le belge s’est montré pour la première fois sur la mainstage du l’Elektric Park pour nous délivrer un set future house très pertinent qui a ambiancé tout le public en mélangeant parfaitement des titres radiophoniques avec des titres plus underground.

Damien RK :

Le DJ Hard français était présent sur la red stage en début de soirée et nous a sorti un très bon set adapté au public présent sur place. Avec sa bonne humeur habituelle il nous a bien préparé aux deux artistes suivants.

Damien N-Drix :

Encore un DJ français sur le festival et pas n’importe qui puisqu’il s’agit de notre Damien N-Drix national. Ce dernier nous a préparé une heure de set soignée aux petits oignons avec une bonne tracklist House/Bass et une ID très intéressante que nous attendons rapidement.

What So Not :

Qu’il est rare de pouvoir assister à un set de l’australien. L’ancien camarade de Flume nous a joué sa trap bien aiguisée pendant plus d’une heure. Une tracklist vraiment intéressante et de quoi faire bouger toute la mainstage,sans doute l’un des meilleurs sets de la journée.

 

Angerfist sur la Red Stage

Conslusion

Pour ses 10 ans l’Elektric Park a encore réussi à nous délivrer une très bonne édition remplie de bonne humeur et de bonne musique. Nous attendons avec impatience l’édition 2020 !