La 19e édition des Papillons de Nuit s’est tenue ce week-end en Normandie à Saint-Laurent-de-Cuves (50). Hands Up s’y est rendu en ayant un œil attentif aux artistes de la scène électro.

 

Il était l’artiste électro le plus attendu de ce festival. Kungs a clôturé la main stage “Vulcain” des Papillons de Nuit samedi soir. Devant quelque 20 000 festivaliers, Valentin, de son vrai prénom, a enchanté le public normand. Après Martin Solveig en 2017 et Robin Schulz en 2018, les organisateurs de la 19e édition des “Pap’s” ont fait confiance au jeune DJ de 22 ans pour être la figure de proue de la scène électro française.

Kungs a joué ses habituels tubes, comme le plus connu This Girl et plusieurs tracks de son dernier album en date : Layers, paru en 2016. Les festivaliers normands ont aussi pu apprécier les sonorités de son dernier single Be Right Here, sorti il y a déjà un an.

Kungs, 22 ans, a joué devant près de 20 000 festivaliers en Normandie. Crédit : Camille Méligne.

Kungs nous a aussi fait part de quelques IDs que nous devrions retrouver lors de ses prochains sets durant cette saison des festivals. Il a laissé un petit souvenir à ses fans sur son compte Instragram.

Une soirée et un festival dans son ensemble réussi malgré trois jours passés sous la pluie normande. Les champs de Saint-Laurent-de-Cuves se sont transformés en marres de boue tant la pluie n’a cessé de tomber. L’organisation a songé à annuler certains concerts en raison de ces conditions météo difficiles, mais finalement les trois scènes (nommées Erébia, Thécia, et Vulcain ) sont restées ouvertes et chacun des 36 artistes a pu s’illustrer, au plaisir des 75 000 festivaliers réunis dans le petit village de la Manche.

Notre coup de cœur du week-end

Arnaud Rebotini, lauréat du César de la meilleure musique originale en 2018 pour la bande son de 120 Battements par minute. Crédit : Camille Méligne.

Entre le passage des différentes têtes d’affiche à Saint-Laurent-de-Cuves ce week-end (Orelsan, Maître Gims, Zazie, Bigflo & Oli…), des artistes moins connus du grand public ont attiré notre curiosité et celle des festivaliers. C’est le cas d’Arnaud Rebotini, 49 ans, compositeur d’électro pop. Derrière son synthé, et accompagné de l’orchestre du Don Van Club, le compositeur de la bande son du film 120 Battements par Minute, a proposé un set techno/house pendant une heure, inspiré de sonorités des années 80/90. On vous laisse (re)découvrir son remix des Bronski Beat qu’il a composé pour le film de Robin Campillo.

 

L’année prochaine, le “P2N” fêtera son vingtième anniversaire. A l’occasion, l’organisation du festival a déjà vendu 1 000 places pour l’édition 2020 !