Il y a quelques jours, nous étions avec Simon Henner, aka French 79, pour les 30 ans de l’Aéronef. Avant son DJ set, il nous a parlé de son second album ‘Joshua’, de sa relation avec Kid Francescoli, ou encore la scène électro française. Découverte de ce génie de la musique électronique!

Hands Up : Est-ce que tu peux nous parler de ton parcours jusqu’ici ?


French 79 : C’est un parcours raisonnable, parce que ça a quand même mis du temps pour moi dans la musique. J’ai commencé la musique au conservatoire quand j’étais petit à 6 ans tu vois. Puis à 18 ans, j’ai fini le conservatoire, j’avais pas de groupe, et je m’étais dit je vais faire que de la musique ! Sauf que mes parents m’ont dit « C’est cool, mais fais un peu d’études, tu verras la musique plus tard. », et je les en remercie, parce que sinon j’aurai pu finir prof de djembé. Donc ça m’a permis de prendre le temps et de redécouvrir la composition un peu plus tard, vers 25 ans. Ensuite j’étais prof de musique en mi-temps pendant 3-4 ans, tout en enchaînant les concerts.

Donc ça a pris le temps, j’ai fait ça raisonnablement, parce que je ne voulais pas faire ça trop vite. J’ai jamais eu la pression genre « Oh p*tain il faut absolument que je gagne de l’argent avec la musique » et ça c’est bien. C’est comme ça que tu fais ce que t’as envie de faire ! C’est aussi là que t’es bon, tu fais ce que tu veux, sans aucune pression. Et tu te dis pas «Ça marche pas, je dois faire un autre truc». Au début quand j’ai lancé ‘French 79’, c’était pas forcément le projet sur lequel j’attendais beaucoup. A l’époque je tournais beaucoup avec mon groupe ‘Nasser’, j’avais aussi mon autre groupe ‘Husbands’. Donc j’avais beaucoup de choses déjà, et ‘French’ c’était plus les chutes du studio. Puis au final ça a pris le dessus sur ma carrière.

Ton histoire avec la musique elle a commencé comment ?


Alors déjà c’est assez classique tu sais. Evidemment j’ai un piano chez moi depuis que je suis tout petit, ma mère en fait, mon père écoute beaucoup de musique. C’est le fait d’écouter de la musique, qui te donne envie de faire de la musique. Et pas spécialement le fait de dire « Ouais j’ai envie de faire de la guitare » tout ça. Ce qui est important c’est d’écouter pleins de style de musique, d’apprécier des choses que tu n’es pas sensé aimer, c’est important. Y’a des bonnes choses dans chaque style de musique.

Pour vivre et travailler dans la musique, il faut travailler beaucoup, donc il faut être amoureux de la musique. Je pense que quelqu’un qui n’écoute que du rock et veut faire guitariste dans un groupe de rock, et déteste les autres styles de musique, ça ne sera pas un bon rockeur. Je pense pas. C’est pareil avec la musique électronique. Un bon DJ d’électro, il faut qu’il écoute de tout. C’est ça qui fait que tu pars dans des trucs originaux, et qui fait que t’es bon.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, nuit et intérieur

Comme tu as pu le préciser, tu as pas mal de projets musicaux. Du coup, tu préfères produire en solo ou en groupe ?


Alors produire ça marche dans tous les groupes, y’en a qu’un qui produit. Ça arrive qu’il y ait des groupes qui composent à plusieurs, mais c’est assez compliqué. S’il y en a un qui a une idée, il faut qu’il aille jusqu’au bout pour que ça ressemble à quelque chose. Tu commences, tu fais une bribes de suites d’accords, puis l’autre il met son truc au-dessus ; en général c’est ce que tu fais quand t’es au collège dans tes premières compo, mais au final c’est pas souvent ça. Les groupes qui composent à plusieurs, en général, c’est comme les Beatles : en fait ils composaient jamais à 2. C’était soit un morceau de John Lenon ou un de Mc Cartney.

Après y’a toujours des ajustements, des petits trucs et idées que tu ramènes après, mais en général c’est toujours une personne qui compose et produit les titres. Donc au final ça change pas grand-chose pour moi, car c’est moi qui composait majoritairement dans ces groupes. Donc non, j’ai pas forcément de préférence, parce que justement c’est ça qui est bien en alternant. Tu fais tout tout seul de A à Z, et des fois tu demandes des conseils à tes potes de groupes.

Ton nouvel album « Joshua » est bientôt disponible, comment le décrirais-tu ?


Et bien je pense qu’il se place comme la suite de ce que j’ai déjà pu faire sur le premier album. Disons que j’affirme un peu ce qui est dessus. Un 1er album c’est pas évident de savoir ce que fait un artiste, parce que c’est souvent plusieurs titres qui ont été composé sur un long temps. Et dans mon cas, sur cet album, y’a des gens qui m’ont pas vu en concert, et en l’écoutant ils savent pas trop si c’est de l’électro-pop, de la pure électro, y’a des titres un peu dans chaque case. Après quand on m’a vu sur scène, on se rend compte que c’est un projet très électronique.

Sur le 2ème album, j’avais 2 opportunités : soit plus partir dans un truc pop, soit partir plus dans un truc électro. Et justement avec French 79 j’avais vraiment envie de faire de la musique électronique, pour la pop j’ai mes groupes. Du coup sur cet album là j’affirme le côté électronique de ce projet.

Résultat de recherche d'images pour "french 79 joshua"

Parmi toutes tes releases, quelle est la production dont tu es le plus fier?


:soufflement: Dans toute ma carrière? Wow c’est ultra compliqué. Allez, si on se resserre sur French 79, je dirai que c’est le dernier morceau sur ‘Joshua’, qui n’est pas encore sorti. Alors je ne sais pas si tu as pu l’écouter en exclu en demandant au label Alter K, c’est « Panavision ». C’est un morceau dont je suis fier, car c’est des trucs pas très évident à maîtriser, des accords un peu tricky. Il y a presque un côté Jazz, et c’est en même temps très électronique. Donc oui, là maintenant je dirai celui-là. Mais paradoxalement, je sais que ça sera pas le morceau le plus écouté de l’album. Mais je pense qu’il peut toucher des gens.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, chaussures et intérieur

Qu’est ce qui t’inspire pour faire tout ça ?


En fait, y’a un peu de tout dans mon quotidien. Après je me rend compte que quand je passe trop de temps en studio, à faire toujours la même chose, je ne suis plus très inspiré. Et là j’ai besoin de partir et de m’évader, faire des trucs autres que la musique. Et moi mes trucs, c’est partir à la montagne ou à la mer. Donc je me retrouve souvent à Chamonix ou alors sur mon bateau à faire de la voile. Et ça c’est un truc dont je ne m’étais pas rendu compte tout de suite, mais c’est important. Et c’est pas spécialement quand je voyage ou quand je suis sur mon bateau que j’ai un truc qui vient en mode « Bam, c’est ça ma prochaine musique ! ».

En fait j’ai besoin d’un vide, de penser à autre chose. Et quand je reviens en studio après une semaine, y’a pleins de d’idées qui sortent. Donc je pense que c’est de ça dont j’ai besoin pour m’inspirer. Mais c’est pas des moments où je suis à la montagne et y’a tous les accords qui se mettent en place d’un coup dans ma tête. Ça c’est ce que certains artistes disent, mais c’est pas vrai en fait. Pour moi, c’est plus le fait d’être vidé, et d’avoir d’autres choses dans la tête. Donc voilà, moi j’ai besoin de ça !

Comment tu as vécu le fait que «Diamond Veins» soit dans la pub «Signature by McDonald’s» ?


Et bien je l’ai très bien vécu, parce que forcément c’est des rentrées d’argent, et pour qu’un musicien vive il a besoin de ça. Donc c’est vrai que certains « Oui, mais c’est McDo, c’est pas bien » ou qui disent que je suis un vendu. Je pense juste qu’il faut qu’ils se mettent à ma place, et se rendre compte qu’un artiste sur une tournée, les salaires c’est pas la folie quoi. Même si c’est vendu des milliers d’euros, moi je touche un cachet d’une centaine d’Euro par concert. C’est comme ça pour tous les artistes.

Il faut juste se rendre compte de ça, et qu’à un moment, quand tu as l’opportunité de gagner de l’argent, et de t’acheter des nouveaux synthés, bah je dis « Oui carrément, on signe où ? ». Après McDo c’est pas non plus trop mauvais ; c’est pas Lepen ni voilà quoi. Après oui c’est un peu le truc américain, malbouffe tout ça mais bon, j’ai pas de soucis là-dessus. T’façon je vais pas y manger, j’aime pas ça, je m’en fou un peu tu vois. C’est juste que si tout d’un coup ça te permet de te racheter tes synthés, avoir plus de visibilité et partir en vacances pendant 2 semaines bah tant mieux quoi.

Je me permet juste de rebondir sur les budget d’une tournée, tu peux m’en dire plus ?


C’est vrai que souvent on se rend pas compte de comment ça marche l’économie d’une tournée. C’est compliqué une tournée, parce que ça implique pleins de gens. Là pour les 30 ans de l’Aéronef ça va, c’est un DJ set donc on n’est que 2. Mais quand c’est en live c’est plus imposant. Tu bouges avec une structure de lumière énorme. Déjà pour la fabriquer ça va te coûter 10-20 000€, derrière tu loues le camion pour faire l’aller-retour tu rajoutes des centaines d’euros en plus par jour.

C’est là tu te rends vite compte qu’un concert ça te coûte des milliers d’euros, et que l’artiste ne touche pas beaucoup. Il suffit qu’une fois tu fasses un concert gratuit, pour radio Nova par exemple, et ça remet en cause l’économie de la tournée. En plus, t’es obligé de les faire, car c’est de la promo, t’es écouté par 600 000 auditeurs, c’est pas rien. Et en fait c’est pas en faisant des tournées que je vais payer mes synthés.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes debout

Quelle est ta relation avec Kid Francescoli ?


Avec Kid c’est presque plus que frère. Il a le studio à côté de moi, sa copine et ma copine sont meilleures amies, c’est presque consanguin :rire:. On passe beaucoup de temps ensemble, parce qu’on travaille beaucoup tous les 2. Comme nos studios sont proches, on se fait sans arrêt écouter des trucs, et on se fait progresser l’un et l’autre. C’est pour ça aussi qu’on s’aime bien, on a aucune jalousie pour ce qu’on fait. Une fois c’est moi qui part bien, il revient me voir avec un truc mieux, et ainsi de suite. Du coup on se motive à faire encore mieux à chaque fois ! C’est pas du tout une relation de compétition, on progresse ensemble, et ça c’est super bien.

On parle de vous 2, mais de manière plus générale tu penses quoi de la scène électronique française ?


Je me rend compte qu’elle est bien cette scène électro. Et on est quand même tous des enfants de Daft Punk ou Laurent Garnier, c’est des précurseurs. Et pour aller plus loin, c’est eux qui ont fait que cette scène française soit adulée et appréciée à l’international ! Et j’ai presque l’impression que l’électro nous est légitime en tant que français. J’ai pu le voir avec Nasser, mon groupe qui penche plus vers le rock même si c’est électro, car on a une guitare électrique. Quand on a été joué en Angleterre, les anglais ils étaient en mode « Mais qu’est ce que vous voulez-vous ?! Dégagez avec votre guitare électrique, ça nous appartiens ! ». Exactement comme nous si on avait un italien qui faisait de la Variété Française.

Dans la musique électronique c’est un peu l’inverse. Les américains adorent notre musique, les anglais un peu moins mais ils respectent, fin voilà ! Après c’est pas moi, ni DJ Snake ou autres qui a fait ça. Faut le reconnaître, c’est les Daft Punk et d’autres pionniers de cette âge d’or qui y ont contribué.

Les Etats-Unis, quand ils voient ‘pop-rock’ qui vient de France, ils cherchent pas à écouter. Mais s’ils voient ‘électro français’ là ils y vont ! Comme si tu vois ‘Rap US’, en tant que français tu vas aimer. Par contre ‘Reggae US’, un peu moins. Donc on ne peut que les remercier pour toutes ces portes ouvertes !

L’image contient peut-être : 1 personne, assis

C’est quoi la suite pour toi ?


Bah écoute, là j’ai fait la tournée de Nasser, en même temps j’ai préparé mon album, celui de Fred Nevché, préparé mon live… Donc là mes seuls projets c’est de faire la tournée, de faire du bateau et d’aller à la montagne, du lundi au mercredi quand je suis pas en tournée!

Mais pour l’instant c’est un break sur la production, sinon je vais péter un câble. En plus j’ai envie de m’investir à fond dans la tournée, de prendre le temps, et de voyager. Par exemple on va au Canada en janvier, j’ai pas très envie de faire l’aller-retour en 2 jours. Je me dis que si on se prend 3 jours là-bas ça peut-être cool. Donc ça va être de la tournée et aussi du repos. Avant la sortie d’album y’a tellement de choses à faire et à mettre en place ! Peut -être que d’ici quelques mois je me dirai « Bon c’est quoi la suite en studio ? ».

Qu’est ce que dirai French 79 de 2019 à Simon Henner qui a débuté ce projet solo ?

Tu vas voir, ça va être cool !


L’équipe Hands Up remercie French 79 pour cette rencontre, et également toute l’équipe de l’Aéronef, sans qui cette entrevue n’aurait pas été possible.  Et pour les impatients, ‘Joshua’ est déjà disponible en précommande! (cliquez juste ici).