Cela fait maintenant quelques années que le premier week-end de juin illumine le bois de Vincennes. Pour son édition 2019, le We Love Green a battu son plein, avec des artistes très variés! Laurent Garnier, Peggy Gou, Mr Oizo, Bonobo, Flavien Berger, Folamour, Vald, Booba, Future, Rosalia ou même Lolo Zouaï. Ils étaient tous survoltés. Retour sur cette édition.

La programmation

C’est le point fort du festival. La programmation proposait des artistes de tout bord. On pouvait aller se chiller devant de doux artistes tel que Calypso Rose ou Lolo Zouaï, ou se mêler à la foule de la mainstage qui a pu accueillir Vald ou même Aya Nakamura. On a également eu à des pointures de la techno comme Laurent Garnier, Peggy Gou, Bonobo ou encore Nicolas Lutz.  Un énorme respect à tous les artistes de la scène Lalaland, pour avoir mixer entre 2 et 3 heures chacun. Clou du spectacle pour Mr.Oizo qui a cloturé la scène électro le dimanche soir. 1h de live déjanté, en invitant Flat Eric à plusieurs reprises. Nous avons également eu le plaisir d’embarquer à bord de l’univers fou de Flavien Berger.  Une découverte techno forte intéressante.

Résultat de recherche d'images pour "timetable we love green 2019"

Le public

Un week-end mélangeant 30°C, soleil, ciel bleu, bonne musique et bières, ça attire les foules. En effet, le samedi était sold-out. Et on l’a ressenti sur le festival. C’est ce qui a poussé bon nombre de personnes a devoir quitté les lieux, suite à des insolations et de l’attente. Beaucoup d’attente. Heureusement, le staff du We Love Green est resté très organisé pour servir tout le monde. De plus, il y avait plusieurs points d’eau de Paris, totalement gratuit. Très belle intention.

Le dimanche était plus calme. C’est ce qui a rendu la journée encore plus agréable.  Nous avons ainsi pu profiter de toutes les infrastructures du festivals, sans attendre trop longtemps. En résumé, c’était une édition qui a gagné son pari, qui a su ramener son public.

En parlant du public, il était très métissé. Jeune, vieux, parents, groupes de potes. Il y avait de tout. Ecolo, festivaliers aguerris, touristes de passage, le mélange des genres donnait une foule au taquet! Pendant les 2 jours, nous avions à faire à un public connaisseur, et très endurant. Certains ont réussi à enchaîner plus de 7h de techno d’affilés. On les félicite. 

Scènes et agencements

Le festival proposait 4 scènes. La scène principale, la prairie, était très bien située, et a pu accueillir de très bonnes têtes d’affiches. On a pu entendre de loin Aya Nakamura ou Christine & The Queens, apprécier le retour de Metronomy, ou découvrir en exclu le nouveau Vlad avec Vladimir Cauchemar! En clôture des 2 soirs, 2 poids, 2 mesures. Le samedi accueillait Booba (avec 50 minutes de retard, pour tester les vrais fans) pour des grosses punchlines. Le 2ème soir finissait avec magie, avec un live de Tame Impala. Un régal sonore.

Comme nous avons pu le mentionner plus haut, la scène Lalaland s’est vu offrir une prog de dingue, avec un public de fou furieux. Il était autant plaisant de se perdre dans les basses techno que dans cette foule en furie.

La scène Clairière a invité les artistes les plus en vogue du moment. Le rappeur super star Future, la sulfureuse Rosalia, le petit nouveau Flavien Berger, le duo Colombine. Que des beaux noms, avec un bel avenir devant eux. Elle faisait écho avec la Canopée, plus petite scène mais accueillant aussi de bons artistes. La légende Calypso Rose, la forte Lolo Zouaï, ou le rappeur belge Hamza étaient présents!

Petit bonus de fin de journée, la scène de conférence se transformait en stage de concert! Merci aux supers concerts de Requin Chagrin, et Folamour, qui ont assuré!

Le We Love Green Festival nous a montré qu’il avait un avenir radieux devant lui. Entre la programmation plus que travaillée, les choix de boissons, les Food-stands, et l’accueil de certaines start-up françaises, tout était réuni pour briller. Nous les remercions grandement pour l’invitation, et nous espérons que ceux présents sur place ont autant apprécié que nous. Très belle édition 2019.