Malgré la canicule, plus de 160 000 festivaliers ont fait le déplacement jusqu’à la commune de Marmande pour la 23e édition de Garorock. Programmation exceptionnelle, cadre idéal et organisation au top, Garorock 2019 a tenu toutes ses promesses.

Il a fait chaud sur le site du Garorock, autant dans la foule que sur scène ! L’organisation nous a régalé en termes de programmation avec une flopée de DJ et de producteurs tout aussi performant les uns que les autres.

Le site du festival vu depuis un avion. Photo : WilliamK

JEUDI 27 JUIN : entre les tubes du DJ chamallow et la techno toujours pareil

A peine l’arche “GAROROCK” franchie, les adeptes français de la techno Salut C’est Cool avec leurs looks déjantés et leur musique de défonce-man, ont parfaitement entamé ces quatre jours de festivités. Malgré les températures quasi extrêmes recensées aux alentours de 18h, le groupe parisien n’a pas déçu, livrant un set de fou(s), c’est le mot.

Le boom boom dans les oreilles a continué ensuite par l’intermédiaire de Charlotte de Witte. La Belge est partout. Depuis quelques semaines, elle partage l’affiche de tous les plus grands festivals européens. La preuve, après “Garo”, elle filait au Royaume-Uni pour jouer au célèbre Glastonbury. Une marge de progression remarquable pour cette productrice originaire de Gand.

C’est Marshmello qui a cloturé la première soirée avec pour nous, membres de HandsUp et milliers de festivaliers, les nouveaux titres de son dernier album “Joytime III”, tout juste sorti. L’Américain à la tête carrée a mixé ses traditionnels tubes tout en partageant certains tracks de sa nouvelle production disponible depuis le 2 juillet. On vous laisse le découvrir :

Joytime III, le dernier album du DJ Américain Marshmello

VENDREDI 28 JUIN : Paul K légendaire, Thylacine rêveur, Vini Vici cogneurs

Ce sont les trois artistes qui ont retenu notre attention lors du deuxième jour de festivités dans la plaine de la Fihole. Vald était certainement l’artiste le plus attendu de la journée, mais les passionnés d’électro n’ont pas été déçus avec une programmation très variée.

On ne le présente plus, le célèbre Paul Kalkbrenner continue de parcourir les plus grandes scènes mondiales, dix ans après l’énorme succès de son album (BO) Berlin Calling. A Garorock, la légende allemande de 42 ans a conquis les dizaines de milliers de fans, venus danser sur la techno berlinoise et les tracks de son dernier album Parts of Life (2018). “Paul K” en live, c’est mythique.

Pour terminer la journée, ou plutôt commencer la suivante, Vini Vici, forcément, ont clôturé le vendredi par un set ultra puissant, comme à leur habitude. Nous les avions vu notamment lors du Balaton Sound 2018 au milieu de la nuit. Encore une fois, les deux Israéliens ont retourné Garorock à base de psy-trance, de kicks répétitifs colorés de milliers de lasers en tous sens, leur marque de fabrique. Impossible d’enchaîner après Vini Vici, tellement ils épuisent les festivaliers… Mais parfait pour dresser le rideau sur ce deuxième jour.

Plus tôt dans la soirée, nous avions fait un détour vers le set de Thylacine. HandsUp a déjà eu l’occasion de voir les live du jeune producteur angevin. A l’Imaginarium Festival 2018, nous nous étions envolés dans son voyage musical avec des sonorités planantes où le producteur français nous envoie dans son rêve. Même ressenti à Garorock et le coup de coeur persiste pour se pourvoyeur de bonheur.

Le samedi, Vladimir Cauchemar et DJ Snake ont parfait la programmation électro de l’édition 2019. Photo : Lyne Alaou.

SAMEDI 29 JUIN : Vladimir Cauchemar le prince, DJ Snake le roi

Il était partout à Garo ! Il est passé sur la scène avec Vald la veille pour leur dernière collaboration “Elevation” (ci-dessous), il a joué son set le samedi avant de faire des apparitions lors des concerts de Lomepal et de DJ Snake, samedi était la journée du DJ à la tête de mort Vladimir Cauchemar.

En live, ses sonorités électroniques à base de flûte et d’aulos (instrument à vent datant de l’Antiquité, d’où son track “Aulos“) ont conquis les festivaliers de Garo, qui sont venus par centaines s’ambiancer devant Vladimir Cauchemar, très certainement le nouveau DJ en vogue du moment. Quelques heures plus tard, le producteur de chez Ed Banger croisait la route de Lomepal avant de prendre le contrôle des platines lors du “Mur de la mort” de DJ Snake. Un B2B de dingue qui a duré quelques minutes.

Vladimir Cauchemar sur la scène de Garorock. Photo : Paul Abran

Avant le désormais traditionnel Wall Of Death de fin de set, DJ Snake mettait un terme à cette avant-dernière soirée de concerts. Sans surprise, le producteur parisien a débuté par une demi-heure agressive avec des lignes de basses à répétition avant de jouer la plupart de ses tubes. On a eu le plaisir d’entendre le remix de son titre “Enzo” par Malaa, un carton. Peu de teaser quant à son prochain album, mais ça ne devrait plus tarder !

View this post on Instagram

Summer Madness 🌡 @codymacfly @vladimircauchemar

A post shared by djsnake (@djsnake) on

Vladimir Cauchemar aux platines, DJ Snake face à la foule pour un mur de la mort au sommet !

DIMANCHE 30 JUIN : Malaa en clôture

Après le chamallow et la tête de mort, c’est le DJ cagoulé qui a pris le contrôle de la Mainstage pour le dernier set de cette édition 2019. Le crew Pardon My French est décidément infatigable. Après le chef de file DJ Snake la veille, et Vladimir Cauchemar (la nouvelle recrue ?) , Malaa a retourné la fosse une nouvelle fois. Qu’il soit accompagné de son fidèle acolyte Tchami ou qu’il soit en solo, Malaa est une valeur sure. L’idéal même pour remettre le feu à la plaine de la Fihole. Bass house et trap une recette qui fonctionne et une tournée “Illegal” explosive.

Retour au camping pour la dernière nuit à Garorock, à l’année prochaine ! Photo : Théo KINE

Rendez-vous l’année prochaine pour la 24e édition !