Malgré le fait que sa tournée “ELEVATION” soit annulée à cause du COVID-19, Tchami a proposé à ses fans de le rejoindre sur le subReddit r/electronicmusic pour  répondre à leurs questions. Et c’est à plus de 50 interrogations auxquelles il a répondu avec des infos très croustillantes : les futurs collab’, infos sur le prochain album, des conseils pour les producteurs, parler un peu de ses occupations, dire qui est Malaa (non par contre ça c’est faux)…

Tchami sur Reddit le mercedi 18 Mars

Ce mercredi 18 Mars, le producteur français Tchami était attendu pour répondre à tous types de questions de ces fans partout dans le monde sur Reddit. C’est pourquoi HandsUp vous a concocté celles qui sont les plus pertinentes et de plus, triées par catégorie.

1./ ALBUM & COLLAB

Question: « Quel est le nom de l’album ? »
Réponse: « Le nom de l’album sera « Year Zero ». Ce premier album pour moi a été une expérience transformatrice. Nouveau Tchami, nouveau départ. »
Q: « Combien de musiques y aura-t-il sur l’album ? »
R: « Il y a 12 musiques sur l’album. Je pourrais avoir le temps d’en rajouter d’autres au vu de la situation que nous vivons actuellement dans le monde. »
Q: « Que pouvons-nous attendre de toi dans ton nouvel album ? Vas-tu explorer de nouveaux genres et styles ? Vas-tu revisiter les « racines de la future house » ? Ou les deux ? »
R: « J’espère que l’album sera perçu comme le chaînon manquant entre le bon vieux Tchami et le Future Tchami. »
Q: « Envisages-tu de sortir ton album en vinyle ? »
R: « Je voudrais une édition vinyle de l’album à coup sûr. J’ai des questions sur le mastering pour le vinyle. Cela peut être délicat avec des gros sons Bass. Je veux la meilleure qualité sonore possible.
Q: « Comment c’était de faire un B2B avec Zhu ? Cela se reproduira-t-il ? (Ou mieux encore, une collaboration) ? »
R: « Oui, nous avons fait une track pour mon album. C’était cool de travailler avec lui. »

Tchami b2b Zhu @ Hard Summer 2019

Q: « As-tu plus d’informations sur la collab avec Joyryde ? »
R: « Nous avons parlé et nous allons commencer quelque chose lorsque nos deux albums seront terminés. »
Q: « Envisagerais-tu de faire un jour un son de malade avec Heldens ? »
R: « Oliver et moi parlons. Nous voulons faire quelque chose ensemble cette année. J’en ai déjà trop dit lol »
Q: « Qu’elle serait ta collaboration de rêve chanteur/producteur mort/vivant ? Pourquoi penses-tu qu’il serait intéressant de faire de la musique avec cette personne ? »
R: « Ma collaboration de rêve ne se produira probablement jamais. Sans problème de temps et d’espace, ce serait une session studio avec Erik Satie, Timbaland, Serge Gainsbourg et moi-même. On n’est autorisé à avoir des rêves non ? »
Q: « Lorsque tu collabores avec des artistes, quel est le processus ? Commencez-vous le son et ils s’ajoutent dessus et vice versa ? Où est-ce que vous commencez à partir de zéro ? »
R: « Ça dépend. J’aimais envoyer des idées. Maintenant, je suis beaucoup plus dans une co-création face à face. Cela fonctionne mieux si nous pouvons établir la confiance à travers des discussions non liées à la musique. C’est définitivement un processus mental. »
Q: « Avec ta production sur « Stupid Love » de Lady Gaga, vois-tu une tendance d’artistes plus « mainstream » à collaborer avec les producteurs EDM ? »
R: « Sans nécessairement. Je pense que quelle que soit la musique que vous faîtes, si vous trouvez un lien avec un autre artiste, qu’il fasse un autre genre, vous pourrez faire fonctionner quelque chose. Traverser les genres est une bonne chose. Garder les codes d’un genre et s’y tenir est également très utile lorsque vous le rendez intéressant »
Q: « 1. / A quel âge as-tu rencontré Mercer ?
2./ Vas-tu diffuser des nouvelles musiques de ton album comme ce que tu as fait pour « Ghost » et « Proud » où vas-tu toutes les sortir lorsque l’album sera là ? »
R: « 1. / J’ai rencontré Mercer vers l’âge de 17 ans. Snake me l’a présenté, nous allions tous au même endroit pour acheter des vinyles.
2./ Il y aura plus de musiques de l’album, qui sortira bientôt. »

2./ LOISIRS / OCCUPATIONS / VIE PRIVÉE

Q: « Quand as-tu rencontré DJ Snake et Malaa pour la première fois ? »
R: « J’ai rencontré Snake à 16-17 ans (j’ai 35 ans) et Malaa quand j’avais 26 ans. »

Le crew Pardon My French au complet @ Ultra Music Festival 2018

Q: « Comment passes-tu tes journées/soirées libres lorsque tu n’es pas en tournée ou en train de faire de la musique ? »
R: « Le peu de temps libre dont je dispose, je le passe avec ma famille et mes amis chaque fois que je peux les voir. J’aime aussi parfois lire, jouer à des jeux vidéo et apporter de nouveaux jouets amusants au studio 😉 »
Q: « Quels autres passe-temps as-tu en plus de produire de la musique ? »
R: « Eh bien, j’essaie de lire 2 livres par mois et d’écouter d’autres genres pour me donner de nouvelles idées et une approche pour faire les miennes. La lecture est un GRAND avantage, mon jeu mental a augmenté depuis que j’ai commencé à lire plus. Méditer tous les jours aussi. Rien de compliqué juste essayer de rester présent. »
Q: « Quel type de livres lis-tu ? »
R: « En ce moment, je lis « Les Carnets du sous-sol » de Dostoïevski, une brève histoire de l’humanité. »
Q: « A quelle fréquence obtiens-tu ta coupe de cheveux / barbe alignée ? »
R: « Environ toutes les 2 semaines »
Q: « Je n’ai pas l’habitude de voir Tchami dans des t-shirts normaux. Quel est le genre de musiques que vous n’écoutez pas assez et que vous souhaiteriez en savoir plus ? »
R: « Pour être vrai avec toi en ce qui concerne les vêtements, je suis assez basique. Je suis juste fou des chaussettes et des lunettes quand j’en trouve des cool. Les genres de musiques que j’aimerais écouter plus ? Ambiant, Lo-Fi House, Classique. »

3./ SES DEBUTS

Q: « Quand as-tu réalisé que tu aimais la house et que tu voulais en produire ? »
R: « Lorsque DJ Mehdi nous a montré qu’il était possible d’appliquer ce que vous avez appris dans d’autres genres pour la mettre dans la musique électronique. Cela m’a soulagé. Ed Banger était présent sur tellement de genres. J’ai toujours aimé cette approche »

DJ Mehdi & Pedro Winter aka Busy P (Fondateur de Ed Banger) ©Vectorfunk/Flickr

Q: « Quand as-tu commencé le DJing pour la première fois ? »
R: « Quand j’avais 15 ans. Tous mes amis ont acheté une moto. Au lieu de cela, j’ai acheté une table de mixage Gemini 626 et une paire de platines BST. Je devais demander pour rouler mais j’étais le fournisseur de mixtape 😉 »
Q: « Lorsque tu n’étais pas connu, la France t’a-t-elle aidée dans ta carrière musicale sous quelque forme que ce soit ou est-ce que c’était uniquement internet et Fool’s Gold qui t’ont donné deux titres à cet EP en 2013 ? »
R: « J’ai reçu des tonnes d’aides de mes collègues artistes français, ingénieurs du son avant 2013. Des noms qui ne sonneraient pas de nos jours mais qui m’ont certainement influencé pour le mieux. J’ai aussi eu ma part de mauvaise expérience en France. Je me sentais comme si j’avais heurté un plafond de verre à un moment donné, si heureux qu’Internet ait aidé des gens comme moi à élargir leurs horizons. »

4./ PRODUCTION MUSICAL / AIDE

Q: « As-tu pris des cours de musique à l’époque, ou c’était seulement toi en grandissant et en écoutant des sons ? Et en plus de la musique, es-tu impliqué dans un autre travail créatif ? »
R: « Oui, j’ai eu une formation musicale qui a certainement joué un rôle. J’ai eu l’occasion de commencer le piano quand j’avais 4 ans. Je viens aussi d’une famille aimant la musique, ça aide. Un entrainement donc très classique jusqu’à 12-13 ans puis une pause. J’ai commencé à écouter du Hip Hop français peu de temps après et de la House plus tard. J’étais un grand fan de toutes les fins de soirée parce que le DJ se sentait libre de jouer tout ce qui leur venait à l’esprit. Mon esprit est concentré sur la musique pour l’instant mais je suis toujours intéressé à apprendre dans d’autres domaines. »
Q: « 1. / Comment as-tu appris à maîtriser un son ou à le rendre professionnel ?
2./ Quel DAW (logiciel de production musicale) utilises-tu ? »
R: « 1. / J’ai surtout appris en travaillant sur des sons d’autres personnes. Cela a changé mon POV (point de vue en français). Pour le mastering, si je suis trop impliqué dans le son au début, il est plus difficile de terminer et d’en être pleinement satisfait.
2. / J’utilise Ableton et Reaper. J’ai parfois des retraits sur Reason, mais Ableton est beaucoup plus facile pour moi maintenant. »
Q: « Comment c’était de travailler avec Gaga pour « Chromatica » ? »
R: « Ce fût une expérience incroyable du début à la fin. Elle s’est entourée d’une grande équipe et je suis content d’avoir pu être dans les mêmes pièces pour créer un nouveau chapitre pour / avec elle. »

Stupid Love” par Lady Gaga produit par Tchami

Q: « 1. / La chanson « No Redemption Intro » – Comment as-tu fait ces longs sons étirés en arrière-plan ? Est-ce un synthé spécial ?
2./ Afterlife – Comment as-tu fait le synthé en arrière-plan du début ? Cela ressemble à une sorte de synthé granulaire. Est-ce Malström ?
3./ Untrue – Quel synthé as-tu utilisé pour l’instrument de type piano ? »
R: « 1. / C’est surtout moi qui traverse une collection ou des ambiances, des drones que je fabrique depuis des années. J’adore la musique ambiante.
2./ Tu as raison, Afterlife et les premiers sons de Tchami ont été faits sur Reason. Le Maelstrom en était une grande partie.
3./ Radical Pianos de Propellerhead 4, c’est une combinaison de 808 sub pour sub bass et différentes couches de samples et Maelstrom. »
Q: « Quelle est l’histoire derrière Rainforest ? Quelle a été ton inspiration, comment a-t-elle pris forme ? »
(Vous pouvez retrouver notre article sur ce sujet ici)
R: « J’utilise souvent des samples de chansons que j’aime comme celle-ci de Blackbyrds »
« J’ai donc commencé à couper des parties du sample et à extraire l’acapella. Je voulais avoir une sensation Hip Hop dans la façon dont je jouais les samples. Evidemment, il s’est avéré être une musique électronique, mais ça a commencé à être une ambiance Hip Hop Old School. »
Sampe d’origine pour “Rainforest” by Tchami
Q: « Quelle a été la musique la plus difficile à produire ? Regrettes-tu les décisions que tu as prises musicalement ? »
R: « Le plus difficile est de lâcher prise. Accepter que la musique sur laquelle vous travaillez ne sera pas parfaite. Elle ne le sera jamais. Ça doit sembler juste et naturel. Trop réfléchir, trop travailler sur une chanson est si facile et ne mène qu’à la déception. »
Q: « 1. / Penses-tu activement à la façon de rendre la house unique lors de sa création ? Je trouve que c’est l’un des genres les plus difficiles à sonner différemment, mais j’ai l’impression que le tien se démarque. Je suis curieux de savoir si c’est un choix actif ou tout simplement pour déconner.
2./ Quelle est la meilleure façon pour les fans de soutenir les artistes pendant cette période ? »
R: « 1. / Je joue toujours avec d’autres genres. La plupart du temps, je vais changer le tempo et en faire un son house / dance ou garder une ambiance hybride (Zeal).
2./ Allez streamer sur votre plateforme préférée, créez de nouvelles playlists et partagez avec vos amis, en fait partie aussi ! »
Q: « La théologie / religion joue-t-elle un rôle dans ta musique ? Cela t’a inspiré d’une quelconque manière ? »
R: « C’est sûr. Je veux en savoir plus et je le fais tous les jours. »
Q: « Quels sont tes VST (instruments virtuels) préférés ? »
R: « Mes VST préférés en ce moment sont Bassmaster, ANA2 et Hive. »
Q: « Penses-tu que quelqu’un doit être formé musicalement pour devenir un bon producteur ? »
R: « Une formation classique de musique? Si telle est la question, ce n’est absolument pas le cas. Votre oreille doit être formée, c’est tout. Si vous avez ce qui sonne bien et comment y arriver, vous avez tout gagné. »

Tchami @ Echostage – DC 2020 ©bradheaton

Q: « Je suis face à une page blanche en ce moment, j’ai l’impression que chaque sample et chaque preset que j’ai, a été utilisé par moi et je manque d’idées. Comment gères-tu cela ? De plus, combien de temps étais-tu en train de produire jusqu’à que ce que tu commences à sortir des trucs et quand quelqu’un t’a remarqué ? »
R: « Normalement, je dirais de sortir un enregistreur, de sortir dehors et de créer des nouveaux sons pour jouer avec. Maintenant, si vous êtes confiné à la maison, tu peux toujours le faire, tu auras juste moins d’options. De plus, lorsque je ne suis pas inspiré, j’apprends tout simplement un nouveau synthé ou j’utilise des effets de manière inattendue. Cela pourrait finir avec un heureux accident 😉 »
Q: « As-tu un réglage préféré pour faire de la musique et pourquoi ? (Heure, lieu, etc). »
R: « J’écris la plupart de mes morceaux à la hâte d’une tournée en voyage. Quand je suis à la maison, je veux juste me détendre ou finir des sons. Mais il y a des exceptions. »
Q: « Tu as joué ce son en 2015 et nous sommes nombreux à nous demander s’il sortira un jour. Merci de nous le faire savoir !! »
R: « J’y ai travaillé. Je veux garder le goût d’origine. Je ne peux plus utiliser l’acapella, mais je trouverai une nouvelle façon de vous la donner. »
Q: « As-tu déjà pensé à faire de la Drum’n’Bass ?
R: « J’écoute de la D’n’B grâce à Movenchy qui en partage beaucoup avec moi. Je suis prêt à essayer 😉 »
Q: « 1./ Que commences tu quand tu vas dans ton DAW ?
2./ Combien de temps passes-tu à créer un nouveau son ?
3./ Combien de personnes travaillent dans le label « Confession » ? »
R: « 1. / Ça dépend vraiment, il y a 2 façons pour moi. Si je commence par les Drums pour obtenir un groove, je trouve que le morceau sera plus abstrait. Si je commence par des mélodies et des accords, les Drums prendront le siège arrière. J’essaie de rester fidèle aux 20 premières minutes d’inspirations. Après cela, c’est juste du raffinement (interminable).
2./ Cela peut prendre des années…
3./ En ce moment nous sommes 3 mais nous sommes prêts à nous développer. »
Q: « As-tu peur de nuire à ton audition ? »
R: « Oui, je suis très préoccupé par ce sujet. Je ne suis pas inquiet mais j’ai tendance à baisser le volume. En studio, je n’augmente presque jamais le volume ou juste pendant quelques secondes pour avoir un sentiment moins analytique et plus physique sur la musique que je fais. »
Q: « Tes oreilles ne se fatiguent-elles jamais lors de la production ? Dernièrement, je me suis éloigné de la Bass à cause des acouphènes. Quels conseils as-tu pour que nous ayons des oreilles saines ? »
R: « Si vous travaillez avec des écouteurs/casques, ne faites pas exploser le son. Faire des pauses et peut-être investir dans des écouteurs/casques et des haut-parleurs bien équilibrés. J’utilise également un petit truc avec TDR Slick EQ. Regardez cela peut-être que ça vous aidera. »

Q: « Comment traitez-vous vos Drums et quel DAW (Logiciel de production musical) utilises-tu ? Il y a quelque chose à propos des Drums dans tes sons qui les rend clairs et uniques. Je suis producteur et je pose la question parce que je serais ravi de rejoindre le label Confession un jour. »
R: « Chaque son est différent. Pour les Drums j’utilise principalement le compresseur Alpha Master (de Brainwork), KCIIP et récemment le Softube Germanium Compressor, ProQ3 aussi. Envoie ta musique à demos@confessionlabel.com 😉 »

5./ LABEL / EQUIPE

Q: « Quelle est la meilleure façon d’aborder un label avec une musique finie ? En tant que petit producteur, dois-je envoyer ma musique aux labels de mes rêves ? Ou devrais-je sortir indépendamment avec des labels plus petits avant d’envoyer à Confession, Bitbird, Dim Mak, etc. »
R: « C’est de l’art sombre d’envoyer une chanson à la bonne personne. Je n’ai pas de réponse à cela, mais il me semble que tout est une question de perception. Vous n’aurez jamais le contrôle de tous les paramètres, donc mon conseil est de rester fidèle à vous-même et d’essayer d’être dans les bonnes pièces avec les bonnes personnes. C’est très aléatoire mais très vrai. Je ne pense pas qu’il y ait de hack pour cela. »
Q: « Que cherchez vous chez un artiste pour entrer dans votre label ? »
R: « Si vous regardez au-dela des normes communes de ce qui est en ce moment, bienvenue dans la famille Confession. »
« Envoyez vos musiques à demos@confessionlabel.com ! »
Q: « Pourquoi il n’y a plus de compilations ? »
R: « Les compilations pourraient être de retour sous une autre forme, je pense que cela n’atteint pas assez et ce n’est pas juste pour les artistes qui y participent »
Q: « Qu’elle importance accordez-vous à vos covers ? Quel est le processus de réflexion derrière cela ? »
R: « Je fais juste confiance à mon équipe là-dessus. Ils me connaissent bien et il ne me faut jamais plus de 2 essais pour décider des covers finales pour mes sons. »

6./ TOURNÉE / ACTU

Q: « Envisagez-vous de recommencer la tournée ? »
R: « On planifiera définitivement la partie du 2 du ELEVATION Tour dès que le monde sera plus sûr pour voyager et profiter de notre vie »
Q: « Vas-tu faire une tournée au Royaume Uni ? »
R: « J’ai demandé à mon agent de faire une tournée des clubs en 2020. Je vais voir comment les choses se déroulent à l’échelle mondiale. »
Q: « Vas-tu jouer les dates de Coachella reprogrammées en Octobre ? »
R: « Oui j’y serais en Octobre. »
Q: « Une peur de la scène avant ton premier concert ? Des histoires drôles à suivre avec ça ? »
R: « La première fois que j’ai joué à Coachella a été la plus effrayante que j’ai jamais connue. Je savais que j’augmentais le niveau de ma production habituelle. De plus, le set était d’une heure, ce qui me fait toujours sentir qu’il n’y a pas assez de temps pour s’exprimer. C’est un excellent exercice pour apprendre à avoir un set efficace. »
Tchami @ Coachella 2016
Q: « Quel a été le moment le plus surréaliste de ta carrière ? Comme quelque chose que tu n’aurais jamais pensé expérimenter mais avec de la renommée / reconnaissance, cela t’y as amené. »
R: « Tout show où je vibre avec la foule comme 1 est une expérience incroyable. Je cherche toujours ça 😊 »
Q: « Comment prépares-tu tes 1h de set pour les Mainstage de festival ? Tu te prépares des mois à l’avance ? Aimes tu faire des Mashups, intro ou autre chose de spécial ? Qu’as-tu de prévu si tu joues encore à l’Ultra Music Festival cette année ? »
R: « Je ne travaille pas trop mes sets. Je fais des Mashups et peut-être une nouvelle intro ou outro avec des nouveaux accords pour la dernière musique. Quelque chose du côté de la production pour apporter aux fans une nouvelle sensation de mes chansons. »
Q: « Comment ça fait d’être une icône pour les gens ? Et de tous les sons que tu as sortis, lequel aimes-tu le plus ? Top 3. »
R: « Je n’en ai pas l’envie. J’ai l’impression d’appartenir à la même communauté, j’ai toujours voulu en faire partie. Maintenant, je travaille, je crée beaucoup et les étoiles sont parfois alignées avec mes objectifs. J’ai aussi une super équipe. Chanson préférée ? Je n’ai pas de favoris. Il y a des morceaux que je peux encore écouter comme si c’était la première fois si c’est une réponse 😉 »

Tchami @ The Bluestone – Columbus 2020 ©bradheaton

Q: « Penses-tu que les évènements actuels du monde vont changer le paysage EDM de manière significative ? »
R: « Honnêtement, je ne sais pas. De nouveaux artistes peuvent émerger, de nouvelles façons de vivre la musique aussi. »
Q: « Pourquoi la musique électronique est-elle autant freinée en ce moment ? Peut-être que retenir n’est pas la bonne façon de le dire… mais il semble que toutes les légendes retiennent des airs. »
R: « Je pense que nous ne vivons pas les meilleurs moments pour la musique en général parce que la façon dont les gens vivent la musique a été normalisée une fois de plus. Les années 2010 ont été une période de transition sauvage pour l’ « industrie » qui a permis aux artistes qui n’étaient pas prêts à s’adapter complètement et de se faire entendre et de créer leur propre plateforme. Il semble maintenant que cette transition soit arrivée à un nouvel ordre de choses. Mais je pense qu’il y aura d’autres opportunités à saisir ou à créer. »

7./ ET POUR FINIR

Q: « 1. / Si tu peux nommer 3 sons pour présenter ta musique aux gens, quelles pistes choisirais-tu ?
2./ Quelles sont tes plus grandes inspirations musicales ?
3./ Vas-tu jouer à des jeux vidéo pendant cette période de quarantaine, et si oui, lesquels ? »
R: « 1. / Ce serait Untrue, Adieu et Promosses.
2./ Stevie Wonder, Erik Satie, Timbo, ainsi que des ingénieurs du son comme Ali (TDE) et bien d’autres dans ce domaine.
3./ Oui, je viens d’acheter Borderlands 3. Je ne sais pas quoi en penser, mais je pourrais passer du temps à jouer à des jeux vidéo. »

Comme pas mal de producteurs en ce moment à cause du confinement, Tchami s’est lui aussi rapproché de ces fans via cette session de Q&R et bien plus encore. En effet, il a partagé les Sample Pack de “Ghosts et PROUD pour tous les producteurs.

https://ffm.to/tchamisamplepacksyt

Tchami offre les Samples Pack de Proud & Ghosts